Rechercher
  • ass-za

Coup de projecteur sur les radios pirates anglaises des 60'



Le pôle cinéma de l’association, Frames, organisait le 16 octobre une projection du film Good Morning England ; l'événement, ouvert au grand public, était hébergé au sein du bar le Tonneau de Diogène à Grenoble.


Le film retrace l’épopée des radios pirates qui ont connu une popularité extraordinaire dans les années 1960 au Royaume-Uni. Elles occupaient l’espace laissé vide par la BBC qui refusait à ce moment de diffuser des morceaux issus de la culture pop, du rock en particulier, et se bornait à des émissions au puritanisme affiché et un profond contrôle des mœurs. Radio Rock - pastiche de l’historique Radio Caroline - émet donc depuis les eaux internationales. L’antenne est animée par une équipe de joyeux camarades, dont la bonne humeur est généreusement portée par les femmes, l’inconscience et l’insouciance.


Good Morning England, au-delà de la simple histoire d’une station de radio, se veut la description des bouleversements socio-culturels traversés par toute une génération. Une poignée d’années avant le Festival de Woodstock ou les manifestations françaises de Mai-68, le film met en valeur l’opposition crue et irréconciliable d’un gouvernement conservateur - incarnant la vieille Angleterre - contre l’aspiration de toute une génération, qui elle s’épanouit dans le refus tous azimuts des carcans sexuels, moraux ou identitaires dans lesquels ils se jugent enfermés. “On voulait ouvrir la saison des apéros cinatoires avec un film léger, marrant, culte, qui traduit bien l’humour de notre époque et fasse un peu rêver, pour que le public puisse découvrir Frames autour d’une bonne bière et dans une ambiance chaleureuse” explique Laura, responsable événementiel de Frames et organisatrice de la soirée. Et, de fait, le film correspondant parfaitement à cela : des scènes vaudevillesques à l’humour croustillant et qui se jouent allègrement des tabous sur un ton bon enfant.


L'événement a pu attirer de nombreux visiteurs, environ une cinquantaine. “La soirée a attiré plus de monde qu’aux apéros cinatoires de l’année dernière, c’est vraiment encourageant” confirme Laura. “Après on est conscient que le grand enjeu c’est d’attirer des spectateurs externes à l’école, on voudrait que ce soit un des axes forts de notre communication à venir”.

2 vues

©2020 by Zone Art