• framescine

Mulholland Drive de David Lynch

Alors qu’elle débarque tout juste à Los Angeles dans le but de devenir une grande actrice, Betty fait la rencontre d’une jeune femme amnésique, sans repère et blessée. Elle va alors tenter de l’aider à retrouver la mémoire. Pourtant, cette quête va prendre un tournant bien plus dramatique que ce que nous aurions pu imaginer… Voilà comment nous pourrions résumer au premier abord « Mulholland Drive » de David Lynch sorti en 2001.


Vingt après, on peut dire que ce film conserve bel et bien son titre de « classique du cinéma ». C’est une véritable claque, à la fois par l’esthétisme, notamment par le choix des couleurs et des lumières, ainsi que par le rythme. Le film est constamment porté par une ambiance étrangement inquiétante : l’histoire en elle-même laisse planer des doutes et une série d’interrogations. A cela s’ajoute le fait que par moment les plans s’enchaînent très vite. On est donc constamment en train de se demander ce qui se passe et ce qui va arriver, on ne décroche pas un seul instant. La musique apporte énormément à cette ambiance mystérieuse et inquiétante. Grâce à ce rythme soutenu et à cette intrigue complexe, on est en permanence en quête d’indices parce que l’on veut être capable de deviner ce qui va suivre. N’oublions pas le casting qui est une vraie force du film, le duo entre les deux héroïnes fonctionnant à merveille.


L’histoire étant complexe, il faut s’accrocher pour ne pas perdre une miette de ce qui se passe. Et pourtant, même en étant concentré tout le long, la fin du film approche et on a dix mille questions en tête. Le film se termine et…on a encore dix mille questions en tête ! Alors, vient le moment où on se repasse en boucle les théories qu’on a élaborées pendant tout le film, on lit toutes les analyses sur le sujet (ce que je recommande fortement pour ce film), on y repense et on décèle alors de nouveaux indices, de nouvelles allusions. Il est très difficile de ne pas spoiler « Mulholland Drive » car on a envie de partager ses théories et ses interprétations pour être au plus près de la vérité.


Au départ, j’avais décidé de regarder ce film parce qu’il est considéré comme étant l’un des meilleurs films sur le cinéma (pour reprendre le thème de la sélection de la semaine). Alors, quand on lit les premières lignes de cette critique, on ne voit qu’un lien très léger avec le thème. Pourtant, ce lien est bien plus important qu’il n’y parait, parce que le fond du film est constitué de deux visions d’Hollywood : la version paradisiaque que les films nous donnent et la version horrifique que les acteurs de cette industrie vivent.

Il n’y a pas à dire, « Mulholland Drive » c’était vraiment bien et maintenant c’est au prochain spectateur de construire sa théorie !

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 by Zone Art